Vue de Lamothe-Capdeville

Recherche sur le site

Carte interactive

Mairie
7, Grand-Rue d'Ardus
82130 LAMOTHE-CAPDEVILLE
Tél. 05 63 31 32 29
Nous contacter

Vous êtes ici : Accueil /Patrimoine Tourisme / Histoire / Histoire de Cos / Que savons-nous de l'histoire de Cos, Cosa?

Amphore vinaire italique
Amphore vinaire italique

Cos ou Cossa

La bourgade de Cos, définie sous le nom de Cosa ou Cossa, comme vicus gallo-romain, est considérée depuis les recherches menées au XVIIIe siècle comme l'agglomération secondaire la plus importante de la cité des Cadurques.

Les scientifiques et érudits qui ont exploré la zone à partir du XIXe siècle ont mentionné la vaste occupation gallo-romaine siégeant sur les deux rives de l'Aveyron, où des quantités significatives de matériels archéologiques antiques ont été prélevées (monnaies, céramiques, moellons, marbres...).

Des études historiques plus récentes montrent aussi que le terroir de Cossa est resté très dynamique tout au long de la période médiévale.

 

La Table de Peutinger datée du Bas-empire romain
La Table de Peutinger datée du Bas-empire romain

Un carrefour stratégique

Cossa, au débouché de grands axes de communication antiques provenant du Massif Central et de la plaine alluviale de la Moyenne Garonne, peut être présentée comme une ville d' importance stratégique .

Son territoire se trouvait probablement délimité par des limites naturelles remarquables telles que la forêt du Tulmonenc au sud, les coteaux du Bas-Quercy au nord et le relief karstique à l'est.

Mentionné par la Table de Peutinger ( datée du bas-Empire romain) sur un itinéraire de Toulouse à Cahors, Cossa, à la rencontre de plusieurs zones d'influence, semble aussi se situer à l'intersection des voies de communication: fluviale, d'abord avec la proximité de l'Aveyron, affluent du Tarn, quinze kilomètres en aval et terrestre enfin avec la présence de plusieurs itinéraires.

Une dernière hypothèse

L'origine du peuplement de cette agglomération amène également à se demander si le site gallo-romain de la plaine de Cos n'aurait pas été la conséquence du déplacement d'un premier peuplement protohistorique installé dans des habitats de hauteur, vers la plaine alluviale de l'Aveyron au moment de la conquête romaine.

Quelques indices d'occupation, relevés sur les collines molassiques au-dessus de l'actuel hameau de Cos, seraient datés de l'âge du Fer.